Mes poemes

Je mettrai de temps en temps, dans cette rubrique, un nouveau poème !

cropped-Sans-titre-1.jpg

Comme mes chansons, mes poèmes sont en droits protégés

TERRE,
( Arrêtons de l’assassiner ! )

Terre qui existe depuis quatre milliards d’années ;
Sublime nature où les hommes semblent s’y damner
Et vilement n’agir que pour la condamner
A n’être plus qu’une fleur moribonde et fanée !

Terre d’eau recouverte de mers et d’océans ;
Comme surgi soudain de la lumière d’un néant
Et qui remplit nos corps de son liquide géant
Qui coule dans les vallées entre les monts béants !

Terre de vertes forêts qui produisent l’oxygène
Respiré depuis des siècles par les indigènes,
Par les êtres antiques et les aborigènes,
Et détruit pas les pollueurs que je morigène !

Terre d’animaux créés avant l’humanité,
Conscients et démontrant leur sensibilité,
Aimant comme chacun de nous, vivre en liberté
Et prouvant ainsi nos liens de fraternité !

Terre d’énergie issue du grand creuset des astres,
Dont l’aura subit un véritable désastre
Par les « souilleurs » du monde qui raflent le cadastre
Et qui ravagent les sols pour quelques sous ou piastres !

Terre d’accueil où les âmes stagiaires peuvent y paraître
Pour continuer l’évolution les faisant naitre,
Sur cette perle de l’univers, pour y connaître
Les vérités de soi et devenir des maîtres !

Terre d’amour prêtée par Dieu, rare autant que l’or !
Héritage bien plus précieux que tous les trésors
Dont chacun doit en protéger jusqu’à sa mort,
Pour les générations futures, faunes et flores !

Patrick EDENE le 01/11/2013

cropped-Sans-titre-1.jpg

LA MAIN DIVINE,

La main divine est venue sculpter le monde
Et d’un souffle pur, les anges l’ont poli,
Pour faire de notre terre une forme ronde
Tournant autour d‘elle-même, comme une poulie !

Tel un diamant sacré dans la paume de Dieu,
Notre boule céleste a été déposée
Entourée d’air et d’amour, en ce beau lieu,
Et d’un délicat geste y fut arrosée !

Alors la mer jaillit, la vie apparut
Inconsciente d’elle-même et partout vibrante
En gagnant son dû mais, hélas, en mourut
A chaque fois que le temps réclama sa rente !

Ainsi aux moindres endroits de tous les pays,
L’évolution se fit pour comprendre la cause
Qui engendre les malheurs qui sont tant haïs.
Et des sages sont nés par leur métamorphose !

Si vous en rencontrez un près de chez vous,
Ecoutez ses paroles, suivez ses conseils,
Car si vous ne le faites pas, soit vous êtes fous
Soit vous êtes ignorants, ce qui est pareil !

Car qui sinon quelqu’un perdant sa raison
Garderait, en lui, ignorance et folie
Qui sont, pour l’esprit, des ignobles poisons
Et au jugement de Dieu, envers soi un délit ?

La main divine est venue sculpter notre corps,
Avec l’outil béni que les anges ont porté,
Pour que la conscience apprenne à vaincre la mort
Dans l’espace du temps où se mire l’éternité !

Patrick EDENE le 02/08/1994

cropped-Sans-titre-1.jpg

LA MUSIQUE,

La musique est le chant de l’univers,

  La puissance sonore de toutes les lumières ;

     D’un lourd tambour ou de la gorge d’un merle,

        Elle sort en notes comme des colliers de perle,

     Et glisse, suave ou forte, jusqu’aux oreilles

       Nées avant tout pour entendre ses merveilles !

        Son corps est aussi dans les mots, les voix

          Les bravos, les cris d’espoir et les joies ;

           Dans les bruits du vent et des tempêtes,

           Ainsi que dans tous les langages des bêtes.

             Elle se niche même dans les pleurs des amours

         Et dans les murmures des levés du jour ;

    

        Même dans les gémissements et les soupirs,

          Dans les pensées intimes et les désirs.

          Elle est de tous les mondes, la vraie parole,

              Les discours des soleils et de leurs corolles,

          La conversation secrète des étoiles

              Et le baume des cœurs qui enlève leur voile !

         De toutes parts jaillit sa magnificence

             Et la force naturelle de son essence ;

              De l’infinité cosmique, du pinson,

               Des nuits froides, du sifflement d’un maçon,

            Des mers ou des océans, d’un moineau,

             D’une guitare, d’un violon ou d’un piano.

               Et chacun, selon son âme, s’en réjouit

                Quand le chanteur la fait sortir de lui,

            Que le compositeur lui obéit

              Et que la nature en montre la vie !

 

               Patrick EDENE le 14/09/2013

                      

Les commentaires sont fermés