Ma philosophie

La VARIÉTÉ FRANÇAISE est le domaine de prédilection du CHANTEUR FRANÇAIS que je suis ! Pourquoi être devenu un auteur-compositeur-interprète (A.C.I.) de la CHANSON FRANÇAISE qui rebute le peu de producteurs et éditeurs qui restent dans le marché monopolisé par deux ou trois maisons de disques hégémoniques et par des financiers étrangers ? Parce que la vérité pour un artiste est mieux que tout subterfuge utilisé pour réussir ! Je suis issue en tant qu’artiste de la génération des années 70 et 80 et je demeure admiratif des belles mélodies aux multiples genres musicaux.

Je ne veux donc pas délaisser mon inspiration authentique dont les bases ont germé dans cette époque de liberté créatrice, pour imiter des jeunes chanteurs des générations ultérieures trop souvent enclavés dans des styles obligés. La preuve en est qu’il n’y a quasiment plus d’ A.C.I. de grand talent et de grand succès public qui émergent dans les médiatisations télévisées et radiophoniques. Il ne reste quasiment plus que des interprètes qui revisitent les anciens succès des générations passées voire qui ne chantent que des chansons ressemblant à celles déjà créées. Certes, il y toujours quelques exceptions qui confirment par conséquent que la règle est bien ce que j’évoque ici.

Pour corroborer mon propos, j’ai vu l’émission télévisée de dimanche dernier le 12/10/2014 présentée par Michel Drucker « Vivement dimanche » dont le sujet était la sortie d’un CD « les enfants du Top50 » de reprises d’anciens succès du fameux Top50 des années 80 désormais chantés par de nombreux jeunes interprètes quelque peu connus actuellement. L’invité Marc Tosca qui était jadis l’animateur de cette célèbre émission de radio a dit à un moment: « A l’époque ce sont les artistes qui créaient les genres musicaux et ce n’était pas comme actuellement des gens derrière des bureaux qui décident de ce que doivent chanter les artistes. » Un autre invité a fait remarquer que le bienfait de cette émission de radio de cette époque était que puisque c’était le classement des meilleures ventes de disques au quotidien, les chansons ainsi diffusées étaient de tous les styles de ces ventes car le public acheteur était de toutes sortes de goût. Cela permettait ainsi une grande variété de genre dans cette émission renommée !

pour-colummm--1

 

Puisque qu’il ne reste que la préoccupation financière pour ceux qui décident aujourd’hui des diffusions radiophoniques des chanteurs français et qu’ils sont pour beaucoup des actionnaires étrangers, le public subit donc leur monopole de productions qu’ils imposent sans respect d’une authentique et suffisante variété de genres. Alors, pour le public féru de cette variété riche de multiples sortes de créations, ils ne lui reste quasiment plus que l’accès aux anciens succès des grands artistes d’antan dont la nostalgie est respectable et bien mérité pour ces chanteurs exemplaires.  A la télévision, malgré que ce soit surtout des chanteurs de langue française qui sont invités dans les émissions musicales de divertissement, celles-ci sont devenues rares et ont laissé une grande part de temps d’antenne aux concours de chants de plus en plus divers dans lesquels la part aux chansons anglophones y est toujours plus importante.

Qui plus est, dans ces concours, encore aujourd’hui en 2014, ce sont seulement des interprètes très talentueux le plus souvent, qui y sont conviés alors qu’il y aurait tellement plus à proposer en richesse musicale et artistique par l’ajout d’auteurs-compositeurs-interprètes apportant leurs nouveautés intéressantes ! Comme si cela ne suffisait pas,  j’ai eu plusieurs fois la preuve que ceux qui peuvent y participer sont des chanteurs dont les clans professionnels ou sociaux auxquels ils appartiennent ont l’influence pour les imposer. Puisque le seul clan auquel j’appartiens est l’humanité entière, je ne peux donc pas bénéficier de ces privilèges et, de ce fait, je ne suis jamais parvenu à approcher ces concours.

Je n’en suis pas aigri car par l’avènement d‘Internet, je peux enfin obtenir une audience conséquente me permettant, peu à peu, de mieux faire entendre mes chansons aux publics que je recherche. Cela demande beaucoup de travail mais je ne m’en lasse pas car ma motivation est la passion de partager musicalement mes concepts positifs pour le bien commun, et cela procure une force morale puissante ! Ainsi, peut être qu’avant d’être trop vieux ou disparu,  je pourrai enfin faire des concerts importants où j’aurai la chance de communier avec mes publics dans le don mutuel de notre harmonie !

Pour conclure cet exposé de ma philosophie artistique, je précise que j’apprécie positivement tous les genres musicaux lorsqu’ils suivent les règles de l’art musical avec maitrise et cela équivaut à l’évidence que si l’on considère qu’une rose est belle cela n’empêche pas, par exemple, d’avoir la même considération pour une fleur de Lotus. C’est pourquoi je suis convaincu qu’il existe de nombreuses personnes pouvant aimer, hormis les artistes différents qu’ils aiment, mes chansons et mes interprétations. Par conséquent, je persiste à créer selon mon authentique inspiration, conscient que le travail consciencieux de qualité professionnelle peut un jour rencontrer ses amateurs !

Patrick EDENE

Les commentaires sont fermés